Notice: Trying to get property of non-object in /home/edmondhorb/www/wp-content/plugins/wordpress-seo/frontend/schema/class-schema-utils.php on line 26

TRIBE                                                    écoutez l’album  :      https://www.youtube.com/watch?v=rLDXqLWCWAs

Ed Hosdikian : saxophone, Pierre Luciani : guitares, Chris Costabel : guitares, Farid Khenfouf : basse, Nissou Lounès, Ahmad Compaoré : percussions  Enregistré au studio Médusa Prod en 2018

Bien que le titre de son album soit en anglais, Ed Hosdikian ne fait montre d’aucune envie de faire l’américain, comme dit la chanson italienne. C’est un musicien ancré depuis toujours dans des territoires forts : Marseille, la Méditerranée, l’Arménie. Des ses voyages en Afrique, aux États-Unis aussi, il a ramené des couleurs et des émotions qui ont fini tout naturellement par faire partie de lui-même. La question de l’imitation ne s’est donc jamais posée.
Cet album trace de bout en bout la carte d’un monde sonore à part. Une exo planète qui a ses fleuves en furie, ses vallons tranquille, ses jungles vierges. Ed Hosdikian l’explore inlassablement, y compris dans ses zones de danger.
Il « se joue la vie », comme le disent les espagnols, chaque fois qu’il pénètre dans l’arène du live. C’est un showman qui peut fait surgir de son saxophone la fureur et le bruit et qui du haut du paroxysme où il nous porte, finit toujours par nous ramener vers une douceur infinie et parfois à une nostalgie poignante, presque douloureuse.
Son album nous fait parcourir ces reliefs vertigineux, tantôt les volcans sonores, tantôt les secrets jardins orientaux parfumés et paisibles. Les titres semblent donner un itinéraire : Bucolique, Bulghard, Cri, Farid, Révélation, Petit Antoine… Ce qui peut être trompeur, car le parcours n’en est pas moins semé de surprises. Si Ed Hosdikian sait nous révéler son monde à travers des arpèges de porcelaine la plus translucide, il peut tout aussi bien inviter des éléphants à danser le pogo dans le magasin chinois. Il ne peut pas s’en empêcher, c’est son côté taquin. Au final c’est un punk du jazz, un Frank Sinatra au costard froissé.

Ecouter l’album :  https://www.youtube.com/watch?v=rLDXqLWCWAs

 

 

 

 

 

 

 

Photos du projet

Vidéos du projet

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *